CLAIRE & BRUNO

11 septembre 2016

Dark Knight, le Tank

Portrait-BF-Dark Knight copy titre

 

Il y a un risque, loin d'être négligeable, à faire partie des milices, c'est celui de finir par être mordu. Les Barbara Fuckers ont beau avoir un code déontologique précis lorsque cet accident finit par arriver ("Moi vois zombie. Moi tue."), cela ne les empêche pas de craindre cette éventualité. C'est notamment le cas de Dark Knight, qui a mis, dans le choix de son équipement, l'auto-protection en avant, au détriment de la vitesse et de la dextérité. Un zombie qui le mord devra d'abord mâchouiller les épaisses couches de métal qui composent l'armure de plates que Dark Knight avait conservée dans son grenier en souvenir de son grand-père (qui devait être très très vieux).

 

Certes, Dark Knight est toujours à la traîne, et ne vise pas très bien, son champ de vision étant limité par son heaume (au grand dam de ses acolytes, qui doivent systématiquement lui faire des grands signes et lui montrer que non, ce ne sont pas des zombies). En revanche, ses coups de boule sont mortels.

 

Croquis Dark Knight_graphics

 

"- Vous devez avoir chaud, là-dessous.

- Mmmmm ? Ouééééoummmmmfff nnnngggggg mfu hon hon."

 

--- avec Raphaël Brisart dans le rôle de Dark Knight

Posté par liodeleb à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 septembre 2016

Grosse Biquette, la Chèvre

Portrait-BF_Grosse Biquette copy titre

 

Avez-vous entendu parler de la "Manœuvre Grosse Biquette" ? Eh bien, voici l'homme qui en est à l'origine. Ce bonhomme jovial a remarqué, un jour, que son embonpoint suscitait bien des convoitises auprès de la gent zombiesque. Aussi a-t-il eu cette idée de génie qui consiste à se positionner en terrain dégagé et à attendre que les zombies, mûs par leur appétit, sortent du couvert des arbres et se fassent dégommer par ses acolytes.

 

Grosse Biquette pousse le professionnalisme jusqu'à pousser des bêlements à faire gargouiller l'estomac le plus végétarien. Il imite le son des cloches à la perfection, aussi.

 

Il faut dire qu'on le repère de loin, avec sa perruque orange de camouflage qui cache une blessure à la tête, administrée accidentellement par Peace'n'Splotch, le sniper du groupe. La balle perdue ayant emporté une partie du cuir chevelu et quelques neurones, il arrive parfois à Grosse Biquette d'entrer dans son rôle de chèvre avec un peu trop de profondeur. Dans ces cas-là, on lui confisque son lance-grenades et on fait attention à ce qu'il n'aille pas brouter trop loin.

 

Croquis Grosse Biquette_graphics

 

"- En somme, lorsque vous êtes en situation d'appât, vous êtes obligé de faire confiance à vos collègues !

- En fait, ils m'ont déjà tiré dessus plusieurs fois, j'ai encore les balles dans le bide. Là. Et là. Mais bon, ça chatouille, hi hi ! Bêêêêê." 

 

--- avec Jean-Michel Lacherie dans le rôle de Grosse Biquette

Posté par liodeleb à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 septembre 2016

Avant-première au Fresnoy le 15 septembre 2016

Pictanovo, partenaire du film, organise la projection de 6 courts-métrages en avant-première jeudi 15 septembre à 20h, au Fresnoy, à Tourcoing.

Ce sera la première projection publique de Claire & Bruno !

Inscription obligatoire sur le site de Pictanovo.

 

 

Ça va saigner.

Posté par liodeleb à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mister_Death, le Medic

Portrait-BF-Mister_Death copy titre

 

Avec sa fière allure, sa démarche de militaire et son équipement high-tech customisé à l'aide de têtes de mort et autres symboles rigolos brodés à même ses habits militaires, Mister_Death a gagné le dernier concours du survivant post-apocalytique le plus cool de la semaine.

 

En plus de cela, Mister_Death est un membre respecté des Barbara Fuckers, puisqu'il assure les fonctions de médecin du groupe. Souvent à couvrir les arrières de ses congénères, il n'hésite pas à se ruer dans le feu de l'action afin d'administrer les premiers soins à un collègue tombé au combat. Certes, puisque l'activité militaire des Barbara Fuckers consiste à zigouiller du zombie, les blessures consistent souvent en des morsures qui s'infectent rapidement et transforment l'infortuné en mort-vivant cannibale, tradition oblige. La tradition veut aussi que la seule solution pour prévenir la contamination consiste à loger une balle dans la tête de la victime, ce dont Mister_Death s'acquitte avec un empressement dans lequel pointe peut-être un peu trop d'enthousiasme.

 

Boutons de moustiques et autres piqûres de frelons composent également le quotidien de Mister_Death, les insectes ayant mystérieusement survécu à la Catastrophe.

 

Croquis Mister Death_graphics

 

- Drôle d'idée, pour un medic, de s'appeler "Mister_Death"...

- Je suis la tempête qui foudroie le pauvre hère mordu par le démon. Je suis le gardien qui escorte les âmes blessées dans l'au-delà. Je suis l'ange des ténèbres, qui drape les condamnés d'un linceul de chaos et de sang. Je suis la mort, qui s'abat sur les vivants et sur les morts-vivants.

- ... Euh, bien bien bien. Merci, Monsieur Mister_Death.

 

--- avec Mathieu Cathelain dans le rôle de Mister_Death

Posté par liodeleb à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2016

Moutarde of Hell, le Bactério

 

Portrait-BF-Moutarde of Hell copy titre

Taciturne, ce soldat répondant au mystérieux nom de Moutarde of Hell. Nul ne connaît son visage, qu'il garde en permanence caché sous un masque ne laissant apparaître que ses yeux – d'une froideur et d'une fixité à liquéfier le plus téméraire des zombies.

Selon ses acolytes, Moutarde of Hell poursuit, dans le chaos dégénéré de cette fin du monde, une croisade personnelle. Il est à la recherche de son frère jumeau, zombifié lors des premiers temps du Cataclysme. Auparavant, Moutarde of Hell travaillait au sein de l'industrie cosmétique, plus précisément en tant que "nez" dans la parfumerie. Une activité sociale qui manque d'utilité depuis l'invasion des zombies, aussi Moutarde of Hell s'est-il reconverti dans la guerre bactériologique. Il invente régulièrement de nouveaux gaz aussi dangereux que volatils, mais qui ne semblent hélas pas avoir beaucoup d'effets sur les adversaires des Barbara Fuckers. Au moins, Moutarde parvient à dégager la vue pour ses coéquipiers, des pans entiers de forêt se désagrégeant sous ses vaporisations chimiques.

On raconte que s'il porte en permanence un masque à gaz, ce n'est pas pour prévenir une mauvaise manipulation de ses gaz mortels, mais plutôt pour se protéger des mauvaises odeurs que dégage El Poncho.

 

Croquis Moutarde of Hell_graphics


- Si vos trucs ne marchent pas contre les zombies, ne vous êtes-vous pas dit que c'est peut-être parce qu'ils ne respirent pas ?
- …
- Euh... Je vais aller interroger vos collègues.

--- avec David Ritzinger dans le rôle de Moutarde of Hell

Posté par liodeleb à 00:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 août 2016

El Poncho, le Dynamiteur

 

Portrait_BF_El_Poncho_copy_titreEl Poncho, dont c'est le troisième pseudo après El Gringo et Poncho Villa, n'a, contrairement à ce qu'on pourrait penser, absolument rien de mexicain. S'il est attiré par ce pays, qu'il aurait bien du mal à situer sur une carte, c'est parce qu'il a un goût immodéré pour la vodka. La vodka n'a rien de mexicain, pourrait-on objecter, mais personne ne songe à contredire quelqu'un qui se promène avec des bâtons de dynamite accrochés un peu partout et dont la gourde est pleine de nitroglycérine.

Cet amoureux des explosifs s'évertue à élever la mise en charpie au rang d'œuvre d'art. Répandre les zombies en petits morceaux en faisant beaucoup de bruit, voilà une activité dont il ne se lasse pas. Tout le monde s'accorde à dire qu'El Poncho finira par péter un jour, surtout que, pour coller à son personnage, il se nourrit exclusivement de chili con carne.

Depuis qu'un accident malencontreux a réduit Lord Marcel en viande hachée à 5% de matières grasses (Lord Marcel avait une alimentation très équilibrée), El Poncho a hérité de la lourde responsabilité d'assurer les fonctions de musicien du groupe. Rien n'est plus beau, en effet, qu'une vaillante mélodie pour accompagner une charge héroïque, et tout le monde se souvient des notes galvanisantes du clairon de Lord Marcel. Pour assurer le relais, El Poncho s'est mis à l'harmonica, mais il faut reconnaître que ça rend un peu moins bien.

Moyenne

Croquis El Poncho_graphics

 

 

- Pourquoi avoir choisi l'harmonica, Monsieur El Poncho ? Ce n'est pas très mexicain.

- Si senor, y c'est muchas mexicanos. Latinas rio grande, aye aye caramba, viva la revolucion y don diego de la vega, ma qué uno pepito, de belin.

- Euh, muchas gracias, senor El Poncho.

 

--- avec Bernard Avez dans le rôle d'El Poncho

 

Posté par liodeleb à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2016

Peace'n'Splotch, le Sniper

 

Portrait-BF-Peace'n'Splotch copy titre

Nostalgique des années 70, Peace'n'Splotch se voit un peu comme un hippie post-apocalyptique. Mais face à des hordes de zombies cannibales, il n'y a guère de place pour l'amour libre ou le pacifisme de conviction. Qu'à cela ne tienne : Peace'n'Splotch a assez rapidement trouvé une solution, en choisissant la voie du tireur d'élite. Car à travers la lunette d'un fusil de précision, la guerre reste à bonne distance. Et lorsqu'à la suite d'un tir réussi, la tête d'un zombie explose et que sa cervelle se répand à qui mieux mieux, c'est le nirvana. La guerre de Peace'n'Splotch est une guerre propre, dans la mesure où elle ne tache pas les vêtements.

Il faut dire aussi que les balles tirées par son fidèle mais mal nommé fusil de précision se perdent souvent dans la nature, Peace'n'Splotch étant myope, astigmate, et perpétuellement sous l'emprise de champignons - qui, à son grand dam, ne sont pas très hallucinogènes, sauf pour ses intestins.

Lorsqu'il épaule, ses acolytes s'écartent avec prudence et attendent patiemment que Peace'n'Splotch fasse son office. Au moins, le bruit de l'impact détourne l'attention des zombies, qu'il s'agisse d'une tête qui fait ploutch ou d'un tronc d'arbre qui fait chpok.

 

 

 Croquis_Peace_n_Splotch_graphics

 

- Vous écoutez quel genre de musique ?

- Un peu de tout, mec. De la pop surtout. De la musique de djeuns qui te fait planer tout en haut dans le ciel avec les petits zoiseaux. C'est beau aussi, ça, les petits zoiseaux. Y en a des qui font cui-cui cui-cui cuiiiiiiiiiii, et puis tchip tchip, tchup tchup tchup, et rou, rouuuuu, rou, rouuuuuu...

- Merci Monsieur Peace'n'Splotch.

- Tu veux une taf ? C'est de la fougère. Ya même des trucs jaunes dessus. Mec, faut que t'essayes.

 

--- avec André Darmanin dans le rôle de Peace'N'Splotch

Posté par liodeleb à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2016

L'affiche du film !

Affiche C&B

Posté par liodeleb à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La Mariée, le Chevalier et l'Hermaphrodite

Conte de chevalerie

Il était une fois, dans la forêt merveilleuse et magique de Raismes-Saint-Amand-Wallers...

MASTER_001

 

Sire Gontran ne prenait même plus la peine d'éperonner sa monture. Méchoui était il n'y avait pas encore si longtemps un cheval fier et fort, fidèle compagnon de bien des batailles et de faits d'armes. Il l'avait mené à travers des marais insalubres, des déserts infinis et sur des sentiers rocailleux longeant des précipices vertigineux. Mais cette maudite forêt semblait avoir raison de l'endurance légendaire de Méchoui. Ces sombres arbres rongés par la mousse semblaient surveiller la lente progression du chevalier et de sa monture, comme des charognards guettant la moindre faiblesse de leur proie.

Depuis des jours, Sire Gontran et Méchoui progressaient dans cette forêt aux profondeurs insondables. Mais le chevalier, étourdi à la fois par la chaleur moite qui régnait sous ces arbres et par une gastro carabinée, avait tout oublié de ce qui pouvait bien l'avoir amené jusqu'ici. Sans doute une sombre quête, la recherche d'expérience ou la perspective d'un acte héroïque quelconque... Sire Gontran haussa les épaules, faisant grincer les jointures de sa vieille armure. Ce qui l'importait aujourd'hui, c'était de survivre. De trouver le moyen de respirer, de goûter à autre chose qu'à l'air vicié qui semblait sourdre du sol, enveloppant les jambes musculeuses de Méchoui. Enfermé dans une armure de métal qui le recouvrait de pied en cap, Sire Gontran, rompu par la fatigue, se laissait glisser petit à petit dans une sorte de torpeur, remettant son destin à son fidèle destrier.

C'est alors qu'un cri retentit. Une clameur ignoble, monstrueuse, qui éveilla illico les sens en sommeil de Sire Gontran.

- Par la malepeste, qu'est-ce que c'est que ceci ?

Sa voix grondante déformée par la visière de son casque ne semblait pas dissiper la sourde menace que lui renvoyaient les arbres alentour.

Le chevalier tira sur les rênes de Méchoui, à l'écoute des bois. Le cri retentit à nouveau.

- BARBARA FUCKKEEEEERRRRSSS !!!!!   BarbFuck

Sire Gontran dégaina sa fidèle épée, Plouf (il n'était guère doué pour les noms). Il tourna la tête en tous sens, tentant de déterminer d'où pouvait bien provenir cette clameur satanique. Il se dirigea vers ce qui semblait être une trouée dans les arbres, furtivement, à l'affût du moindre bruit supplémentaire. Mais la violence des cris gutturaux avait cédé la place à un silence mortuaire, bientôt troublé par des gargouillis immondes provenant de l'appareil intestinal du chevalier.

Méchoui piétina les fougères et enjamba les racines des arbres qui longeaient l'orée d'une clairière. Sire Gontran mena sa monture vers la trouée.

Dans la clairière, les traces d'une occupation récente. Reliefs de repas, parchemins jetés sur le sol, vêtements à la coupe étrangère négligemment jetés sur des sièges et des tables de fortune...

Sire Gontran mit pied à terre et entreprit d'explorer la clairière à pied. C'est alors qu'une vision d'horreur le saisit. Au beau milieu de la clairière, éclairée par la pâle lumière du soleil, était assise, lui tournant le dos, une jeune fille vêtue d'une robe d'un blanc virginal. Une vision qui aurait pu être d'une douceur angélique pour le chevalier (d'autant plus qu'il n'avait pas la réputation de suivre à la lettre son vœu de chasteté) si la jeune fille en question avait encore la tête sur les épaules.
Les yeux révulsés d'horreur, Sire Gontran s'approcha prudemment. Il tâta de la pointe de Plouf le corps décapité, sans vie, qui glissa au pied de la chaise et s'affala sur lui-même comme une outre de vin vide. Pas une goutte de sang ne sortait de la blessure au cou, bien que la tête semblât avoir été arrachée violemment.

Mariee

 

- BARBARA FUCKEEEEEEEERS !!!

Les cris retentirent à nouveau, faisant sursauter Sire Gontran dans un bruit de ferraille alarmé.

- Palsambleu !

Abandonnant là Méchoui, qui s'était mis à paître tranquillement, indifférent aux affaires des hommes, Sire Gontran, les gantelets serrés sur la poignée de son épée, se fraya un chemin à travers les épaisses fougères en direction de l'origine du cri, bien décidé à faire rendre gorge à quiconque avait commis l'horrible carnage de la clairière.

Il déboucha bientôt sur le rivage d'un lac aux eaux immobiles. L'air était lourd et envahi d'insectes qui bourdonnaient autour du chevalier et s'infiltraient dans les interstices de son armure. Il n'entendait plus rien, mais les échos des hurlements semblaient résonner encore, comme si les arbres se murmuraient entre eux les mots qui venaient de troubler le silence lugubre de la forêt.

Sire Gontran s'aperçut alors qu'il n'était pas seul sur le rivage de ce lac malade.

- Vertuchou !, fit le chevalier, brandissant de ses deux mains, dans un réflexe martial, son épée Plouf.

Une femme, grande et corpulente, était perdue dans la contemplation des eaux troubles, immobile, à quelques mètres de distance.

- La Dame du Lac !

Sire Gontran s'agenouilla, avec une dévotion tout empreinte d'émotion. L'inconnue se retourna alors, lentement, en poussant un grognement inintelligible. Le chevalier releva la tête.

Les vêtements de l'inconnue - une robe garnie de fleurs et une paire de collants - étaient sales et usés. Ses mains étaient grotesquement crispées sur les extrémités de ses cheveux, au niveau des épaules. Son visage, passablement abîmé, était orné de deux yeux jaunes qui regardaient le chevalier avec une curieuse lueur d'appétit.

20160717-185610

 

Puis, la femme se mit à avancer, mettant un pied devant l'autre, à grandes enjambées qui fit remonter la courte robe jusqu'aux hanches. Sire Gontran, baissant les yeux, s'aperçut alors que la femme était en réalité un homme.

- IIiiiiiiiikkkk ! fit-il, avant de faire volte-face, ce qui le fit glisser et s'étaler de tout son long sur le sol spongieux. Son agresseur se mit à haleter bruyamment et avec envie, tout en se précipitant sur lui. Il se laissa tomber sur le chevalier, occupé à se relever pesamment, gêné par le poids de son armure.

- Couac ! laissa échapper Sire Gontran, qui se mit à battre frénétiquement des pieds et des mains pour s'extirper de la masse affalée sur lui. L'homme déguisé en femme tenta de le mordre à la nuque, et se cassa quelques dents sur les mailles métalliques qui protégeaient le cou du chevalier.

À force de contorsions et rendu glissant par la bave qui lui dégoulinait sur l'armure, Sire Gontran parvint finalement à s'extirper du guet-apens dans lequel il s'était fourré. En se relevant, il fit tomber tête la première dans la boue le monstre mi-homme mi-femme qui lui cherchait noise.

Sire Gontran reprit ses esprits. Un instant, il songea à donner un coup de soleret dans les côtes de son agresseur, mais ce n'était pas très chevaleresque, aussi se contenta-t-il de prendre ses jambes à son cou, ce qui l'était tout aussi peu mais Sire Gontran commençait à regretter d'avoir choisi ce métier.

Il partit à la recherche de Méchoui, afin de s'éloigner au plus vite de cette étrange forêt, théâtre d'un chaos et d'une folie au-delà de toute compréhension.

 

sous-bois matin brumeux rai large

 

-----------------------------

 

Hé ben, il s'en est passé du temps depuis le dernier message de ce blog, titré "une pelletée de news très très bientôt" (hohohaha la bonne blague).

Plutôt que de m'étaler sur les raisons de cette complète absence d'information, autant aller à l'essentiel : ça y est, le film est terminé. Ça fait déjà un moment, en fait, mais je ne voulais pas l'annoncer tant que je n'avais pas les DCPs en main. C'est maintenant chose faite !

J'ai beau l'avoir choisie en mauve, c'est quand même vachement moins sexy qu'une bobine 35mm...

 

 

Bon, que s'est-il passé depuis ce dernier post ? Plein de choses.

 

 

IMAG0496

 L'étalonnage avec Maxime, ci-contre, sur Nucoda.

 

 

 

 

 

 

 

20141120_221453

 Le montage son, avec Romain, puis Rémi. Beaucoup, beaucoup de travail et de pistes audio !

 

 

 

 

 

 

20160717_184823La post synchro, enregistrée avec Manu au studio 31dB à Paris. L'occasion pour Alexandra et Philippe, les deux comédiens principaux, de retrouver leurs personnages après plusieurs années ! Et pour dire un texte de haute volée, comme on peut le voir ici.

 

 

 

 

20150709_230516Mixage avec Thibaut, dans une salle de cinéma reconvertie en audi de mixage. Ça pète.

 

 

 

 

 

 

20150809_220125

 Export du mixage dans ses deux versions, 5.1 et stéréo.

 

 

 

 

 

 

20150225_121115  Dave Decottignies d'ACFX en train de faire des modifs sur le dernier plan du film, une matte-painting virtuelle.

 

 

 

 

 

 

Enfin, un exemple des interprétations de Thierry, musicien, qui s'est penché sur un thème de Carmen pour le réinterpréter au piano pour le générique début du film et pour quelques occurrences au sein du film !  >>> Variation_Theme_5 <<<

 

------------------------------------

 

Je compte ressusciter ce blog, non plus pour raconter les progrès de la fabrication du film (c'est un peu trop tard pour ça), mais pour continuer à écrire autour de cet étrange objet au gré des humeurs et des envies. Suite des portraits des personnages bizarroïdes qui peuplent l'univers dans lequel sont plongés Claire & Bruno, photos de tournage pour évoquer ce qui est maintenant un vieux souvenir, questions existentielles qui se sont posées en post prod, et d'autres surprises si j'y arrive. On verra bien.

En attendant, j'ai mis à jour quelques liens morts qui parasitaient les archives du blog, dont celui de Hors-champ, mon premier court métrage, qui date quand même de 2004, une époque où la DVCAM existait (et c'était quand même bien moche). Le film a été saisi par le FBI (il était sur Megaupload), mais maintenant il est visible sur Allociné. Il a atrocement mal vieilli.

 

Posté par liodeleb à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 avril 2013

Une pelletée de news très très très bientôt !

IMAG0298

Je n'ose plus donner de date ou de délai plus précis...

Posté par liodeleb à 00:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]